samedi 22 mai 2010

Dom Juan - Molière



128 pages

Résumé :
"L'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus" : voilà comment Dom Juan se justifie auprès de son valet Sganarelle, scandalisé de voir son maître tromper tout le monde autour de lui, des femmes les plus naïves qu'il séduit sans vergogne aux hommes les plus nobles qu'il mène par le bout du nez sans se démonter. Dom Juan n'a qu'une ambition : jouir de tous les plaisirs, sans jamais céder aux sirènes de la morale. Il lui faut toutes les voluptés et il les obtient facilement en manipulant ses victimes avec des mots trompeurs. Seule la mort pourrait l'arrêter : n'est-ce pas elle justement qui vient le chercher, lorsque la statue du commandeur s'anime sous ses yeux ?








Mon avis :
Je profite d'une escapade au magasin pour aller trainer du côté des livres, et je ne repars bien sûr pas bredouille. L'idée de classique à 1€50 est plus qu'attirante, et mon choix se porte sur le premier titre connu que je trouve. Cette fois, c'est tombé sur Dom Juan. Et j'ai été agréablement surprise lorsque je l'ai lu (d'une traite bien sûr).
On est projeté directement dans le coeur de l'histoire, et les personnages se présentent d'eux même par leurs actes. L'histoire est trop courte et s'enchaîne trop vite pour qu'on s'attache vraiment à eux, mais leurs actes sont forts et nous marquent. Dom Juan est un personnage particulièrement marquant, qu'on aime et déteste à la fois.
En lisant les aventures de ce terrible libertin, on comprend assez vite pourquoi cette pièce fit scandale à son époque. Les blasphèmes s'enchaînent comme si la vie de Dom Juan y été dédié, et le dédain avec lequel il considère les autres est frappant, et rend cette pièce toujours aussi actuelle.
Dom Juan est une lecture qui fait bien sûr réfléchir, et que, même si elle est trop brève pour être développé, je n'oublierai sûrement pas.

8/10

dimanche 2 mai 2010

Les aventuriers de la mer T.2 : Le navire aux esclaves - Robin Hobb



380 pages

Résumé :

Kyle, désormais aux commandes de la Vivacia, la vivenef récemment éveillée de la famille Vestrit, a décidé de l'utiliser pour transporter des esclaves. Et son impérieuse volonté ne saurait souffrir la moindre opposition. Son épouse Keffria en vient même à douter de son mari quand il veut débaucher leur fille Malta, et obliger leur fils Hiemain à travailler à bord de l'embarcation et à abandonner l'apprentissage qui le destinait à la carrière de prêtre de Sa. Sa belle-soeur ,Althéa, se fait de son côté passer pour un jeune homme et se démène sur le Moissonneur, un navire abattoir, Elle doit prouver à Kyle qu'elle est un véritable marin pour récupérer Vivacia...









Mon avis :
Toujours autant de plaisir à la lecture, si ce n'est plus. L'histoire continue à se mettre en place, les liens entre les personnages se forment, les actions s'enchaînent de plus en plus vite et certains personnages commencent à évoluer. Althéa, beaucoup mise en avant dans le premier tome, laisse plus de place aux autres personnages. Les changements de perspectives et changement de personnages sont toujours aussi plaisant, et nous permettent de nous impliquer d'avantage dans l'histoire. Concernant celle-ci, je suis particulièrement contente de l'avancé de la relation entre Brashen et Althéa. Je n'attendais que ça ! Le tome 2 m'a énormément plu, j'attends de lire la suite la suite avec impatiente !

8.5/10