dimanche 17 mars 2013

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme - Stefan Zweig



128 pages

Résumé :
Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites.









Mon avis :
Vingt-quatre heure de la vie d'une femme est une nouvelle courte, dans laquelle il se passe pourtant beaucoup de choses. J'ai été ravie de le recevoir !

Ce roman commence par une discussion autour de la fuite d'une femme bien sous tout rapports, parti du jour au lendemain sans explications avec un jeune homme qui n'était resté à la pension qu'une journée. Après un court débat où presque tous s'accordent à dire que cette femme n'a pas de moral, une vieille dame va alors décider de dévoiler au narrateur une journée de sa vie, 24 heures qui l'ont changé et qu'elle n'a jamais osé avouer à quiconque.
Vingt-quatre heure de la vie d'une femme est une histoire dans laquelle on découvre la passion, celle qui nous pousse à tout laisser pour se consacrer à elle, celle qui ne nous permet plus de réfléchir, celle qui nous fait agir n'importe comment. A travers son histoire, cette vieille dame essaie de démontrer que face à la passion, quel quel soit, même les plus sages personnes flanchent.
La nouvelle est courte, pourtant, j'ai eu du mal à me dire que tous les évènements se passaient en seulement 24 heures ! Beaucoup de choses se passent et la vieille dame transmets beaucoup d'émotions à travers son récit. J'ai eu envie de suivre jusqu'au bout sa folle passion, et j'ai lu son histoire d'une traite. Je dois bien avouer que le début n'est pas très intéressant, et que j'aurais aimé en apprendre un peu plus sur la fuite de Mme Henriette, mais cela sert surtout de décors pour implanter le récit des souvenirs.

En ce qui concerne les personnages, et bien on ne peut vraiment que parler de la femme qui raconte son histoire et de l'homme qui en fait parti, les autres personnages étant plus là pour donner un relief au décors que pour faire avancer l'histoire. Cependant, le fait que ce récit soit focalisé sur le point de vue de cette femme apporte beaucoup plus de force à son récit et ses sentiments, et nous permets de bien comprendre et nous mettre à la place de la personne qui se perd dans sa passion. J'ai apprécié cette dame, elle m'a touché, et j'ai vraiment ressentie, comme elle, son glissement vers le bas qu'au début elle ne voit pas et finalement s'en rend compte trop tard, déjà envahit par sa passion.

Je me suis un peu intéressé à cet auteur vu que j'avais un de ses livres dans les mains, et je vois pleins d'avis positif sur ce dernier ainsi que ces nombreux ouvrages. Je pense que je me laisserais tenter par d'autres nouvelles, car, même si c'est une lecture dont je pense ne pas garder un très fort souvenir, c'est agréable, et on ressent vraiment les sentiments de la femme qui se livre dans cette chambre.


En bref :
+ Une nouvelle courte qui se lit d'une traite, on ressent la passion des personnages, une lecture agréable même si elle n'est pas non plus marquante.
- Une situation de fond qui n'est là que pour implanter le récit de la vieille femme, on aurait aimé en savoir un peu plus.



Citations :
"Pour ma part, je trouvais plus honnête qu'une femme suivît librement et passionnément son instinct, au lieu, comme c'est généralement le cas, de tromper son mari en fermant les yeux quand elle est dans ses bras." p.24

"Vieillir n'est, au fond, pas autre chose que n'avoir plus peur de son passé." p.123

7.5/10

Lecture commune du mois de mars du Cercle de Critiques Littéraires des Lecteurs Economes

1 commentaire:

  1. J'ai aussi bien aimé cette nouvelle.
    Pour ma part, même s'il se passe beaucoup de choses, j'ai trouvé que ça entrait bien dans les 24h, il y a des journées comme ça! :p
    Et comme toi, je regrette de ne pas en avoir su davantage sur Mme Henriette.
    Contente d'avoir lu ton avis ^^

    RépondreSupprimer