vendredi 30 août 2013

Le Petit Chaperon rouge et autres contes


153 pages

Résumé :
Bienvenue dans un monde de châteaux et de forêts où des bûcherons misérables perdent leurs enfants, des ogres sentent la chair fraîche, des fées changent les citrouilles en carrosses et les souris en chevaux, des princes cherchent leur princesse parmi les souillons, des rois deviennent des tueurs en série et des chats des génies de malice et d'ambition.
Bienvenue dans un monde de merveilles et de férocités, où un petit être fasciné sous son chaperon rouge entend les mots les plus effrayants de notre littérature : « C'est pour mieux t'embrasser mon enfant ! »










Mon avis :
La couverture de ce recueil est effrayante, et c'est bien pour ça que je me suis dit "Chouette, ça va faire peur !". J'ai lu ces quelques contes par-ci par-là, quand j'avais un petit moment, parce qu'il y a peu de pages à chaque fois et que ça se lit vite. Malheureusement, j'ai plus était curieuse de poursuivre ma lecture par la renommée des contes que par un réel intérêt.

Ce recueil est composé de 10 contes, séparés en 2 catégories et deux hors catégories. On y retrouve :
Le Petit Chaperon rouge
Les souhaits ridicules
Peau d'âne
La belle au bois dormant
La barbe bleue
Le maître chat ou le chat botté
Les fées
Riquet à la houppe
Le petit poucet
GRISELIDIS

Ce sont toutes de courtes histoires, d'une moyenne d'une dizaine de page chacune, la plus longue en faisant 20. Une morale ou plusieurs sont présente à chaque fois, plus ou moins explicitement. D'ailleurs pour chaque conte, l'histoire n'est que prétexte à donner une morale.
Et c'est bien là que tout va mal. En effet, bien qu'avec des idées originales, j'ai trouvé les histoires sont ternes. Ça ne nous transporte pas, ça ne donne pas envie d'en connaître d'avantage. Je suis restée indifférente aux différentes histoires, et aux différents personnages. J'ai survolé les textes sans y entrer. Et si je m'étais arrêté en plein milieu d'un sans jamais lire la suite, ça ne m'aurait pas dérangé plus que ça. Mais je n'ai pas eu non plus l'impression d'une perte de temps ou de me forcer. C'est assez fluide, donc ça c'est lu assez vite. J'ai le souvenir d'avoir eu une boite de contes en cassettes audio quand j'étais enfant, et Barbe Bleue m'avait vraiment effrayé. Mais malheureusement, je n'ai pas ressenti d'angoisse, je n'ai même rien ressenti de particulier.  Peut-être qu'écoutés, ces contes ont beaucoup plus d'impact.
L'autre point qui me chagrine, ce sont les morales. Pour les enfants c'est assez sympathique, des morales basiques sur le monde. Forcément, en étant plus grand, ça nous touche beaucoup moins. Par contre, j'ai trouvé ça assez idiot que certaines morales se contredisent. Si elles sont censées toucher les enfants, elles vont surtout les embrouiller sur certains points !

J'ai peu de choses à dire, ce sont des classiques pas désagréables à lire mais je m'en serais passé sans soucie. C'est toujours bien pour les enfants, pour qui les histoires auront beaucoup plus d'impact. 


En bref :
+ Facile et rapide à lire, des morales basiques pour les enfants, des idées originales, un classique, la couverture effrayante !
- Peu d'intérêt, des histoires trop rapide et pas vraiment accrocheuses, des morales qui se contredisent.

4.5/10 

5 commentaires:

  1. Bah, c'est vrai que Perrault, c'est hyper moralisateur... Et principalement pour les enfants...
    J'avoue que lorsque je les lis, ce sont des livres illustrés pour enfants, c'est plus sympa! :p
    Et en effet, la couverture est effrayante! Oo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis effectivement pas le public visé, ça a grandement joué c'est sur. Et le fait que ce soit des contes sous forme de livre a aussi beaucoup joué, parce que j'adore les livres pour enfants illustré ou sous forme de BD aussi !

      Supprimer
  2. Oh les contes de Charles Perrault! Des classiques que au final, je n'ai jamais lus!! Mais ça me tenterait tout de même bien :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu les contes de Perrault, et j'avoue que j'ai eu du mal à noter cette lecture.
    Dans le fond, ce sont les fondements des dérivés que nous lisons aujourd'hui. Les premières histoires qui ont pour la plupart connus un franc succès en étant adaptés au cinéma.

    Le seul problème c'est la taille des contes comme tu le fais remarquer. Je n'ai jamais eu le temps de me mettre dans l'atmosphère. A peine "plongée" dedans que je terminais une lecture.

    Alors je suis plutôt d'accord avec toi à l'exception que j'ai été moins sévère avec la note. :)

    RépondreSupprimer