dimanche 19 mai 2013

Serial Experiments Lain par Abe Yoshitoshi


13 épisodes de 25min.

Résumé :
Jeune lycéenne renfermée et taciturne, Lain est confrontée au suicide inexpliqué d'une de ses camarades de classe. Peu de temps après, toute la classe reçoit un e-mail provenant de la disparue. Celle-ci lui annonce qu'elle est vivante dans le Wired (le Net du futur). Alors, Lain part s'y aventurer à la recherche de réponses aux phénomènes étranges qui se produisent autour d'elle.

"And you don't seem to understand..."
Mon avis :
Comment vous parlez de Serial Experiments Lain ? J'ai été intrigué et me suis procurée cet anime parce qu'une amie semblait l'apprécier et surtout parce que le coffret collector sur lequel je suis tombée par hasard à bas prix est vraiment original. Et le contenu et tout aussi original que le contenant.

Serial Experiments Lain, c'est une histoire de suicides, de lien entre réel-virtuel, et d'une jeune fille qui ne sait pas ce qu'elle fait au milieu de tout ça. On suit alors Lain, qui, pour comprendre le suicide de sa camarade, va s'aventurer de plus en plus dans le Wired, monde virtuel qu'est Internet. On la suit, mais sans vraiment la suivre. On voit ce qu'elle fait, mais sans réelles explications, ce qui donne souvent l'impression d'un personnage principal finalement très éloigné du spectateur. Et cela renforce l'incompréhension totale dans laquelle on plonge. Les premiers épisodes se passent sans qu'on n'y comprenne grand-chose, ni les faits, ni le but. Et puis, petit à petit, des éléments nous viennent en aide. On est dans cette ambiance de mystère, presque de peur aussi à voir des gens mourir, Lain changer sans la comprendre, la puissance du Wired sur le réel, ne plus distinguer le vrai du faux. C'est une ambiance vraiment bien faite, on est transporté dans cet univers cyber-punk aussi incompréhensible que fascinant. Et même si on ne comprend pas, quelque chose nous touche, ce parallèle entre le Wired et notre Net ne nous échappe pas. Et on arrive à un final où tout se révèle et se termine, mais voilà : on se pose encore quelques questions. Alors soit on regarde l'anime encore une fois, afin de comprendre ce qui prend tout à coup du sens, soit l'on demande à google de nous donner des sites de fans afin d'y voir plus clair, et s'éviter un nouveau mal de tête. J'ai d'ailleurs trouvé cette explication, épisode par épisode, que j'ai trouvé très bien :
Une édition collector vraiment bien faite. (la photo n'est pas de moi)

Ce scénario assez décousu, complexe, en rebutera plus d'un lors des premiers épisodes. Et j'aurais peut-être abandonné aussi si je n'avais pas acheté le coffret l'ambiance ne m'avait pas autant accrochée. Les graphismes sont vieux (l'anime date de 1998) mais je les aime beaucoup. Les tons de noir/violet et noir/rouge, les couleurs, cette scène commençant chaque épisode, cette voix horrible avant chaque début d'épisode "Present day, present time.", ce silence duquel se détache le bruit des touches du clavier... c'est particulier, mais efficace. Et cet éloignement avec l'héroïne, qui est comme happé par le Wired, renforce cette ambiance.

 
Les personnages sont pour la plupart mystérieux. Ils ont leurs convictions, mais on ne comprend pas de quoi ils parlent. C'est ce qui les rendra pourtant intéressant, autant aux yeux de Lain que du spectateur.
En revanche, les camarades de lycée de Lain, ses 3 amies et particulièrement Alice, sont des personnes que l'on peut qualifier de normales. Et c'est pour cela qu'au final, on s'attache autant à Alice qu'à Lain. Cette proximité du spectateur avec Alice est d'ailleurs mise en avant tout au long de l'anime, où elle ne comprend pas Lain, pour arriver à voir le final de son point de vue avant de retourner à Lain pour l'épilogue. Si Lain est le protagoniste principal, finalement, le spectateur va se sentir à la place d'Alice.
"Si personne ne se souvient de ce qui s'est passé, alors cela ne s'est jamais passé."

En bref :
Un anime dans un univers cyberpunk avec une ambiance inquiétante et mystérieuse, qui paraîtra incompréhensible mais qui est fascinant, et dont on se souvient.

8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire