samedi 8 octobre 2016

Les pourvoyeurs - André Ruellan (Kurt Steiner)

.Aussi publié sous le pseudonyme de Kurt Steiner.

   Cela commence par un banal fait divers. Un meurtre que seule la folie pourrait justifier... Puis par la suite, l'existence même bascule : une voix qui vous réponde au téléphone alors que, chez vous, vous venez de former par erreur votre propre numéro, un visage que l'on croyait mort qui resurgit du néant... La réalité s'est-elle détraquée ?  Avez-vous basculé dans la folie ? Ce serait un moindre mal...
172 pages - Fantastique - 1957


Ce que j'en ai pensé :
Une sympathique histoire fantastique, entre angoisse et redécouverte de la réalité.

Après un prologue sur les événements marquants de sa dix-septième année, Alain Heurtot est envoyé en hôpital psychiatrique. Nous le suivons quelques années plus tard, alors qu'il vit reclus chez lui avec son chat.  Peu à peu, des événements étranges vont à nouveau perturber son quotidien...

Le début du récit rappelle le Horla de Maupassant, le narrateur est confronté à des visions, des sons, anormaux, sans que l'on sache ce qui se passe, ni si une entité autre nous veut du mal, ni même si le narrateur n'est pas juste fou. Le roman date de 1957, et on ressent dans l'écriture ce côté ancien, qui rappelle encore plus ces récits fantastiques horrifiques et angoissants dans lesquels règnent l'incertitude.
Puis on bascule dans un autre monde, une réalité plus complexe que ce qu'il n'y paraissait au début. Et alors le récit mêle action, course, découverte, sentiments et angoisse pour les personnages, qui se dévoilent au lecteur. Malheureusement, le récit est court, et j'ai trouvé que l'univers aurait mérité d'être plus développé, car il est très intéressant !

//Au final, Les pourvoyeurs est un roman entraînant, qui, malgré sa faible longueur et le manque de développement de son univers, est un très bon moment de lecture frissonnante et palpitante !//

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire