dimanche 2 octobre 2016

Enola Game - Christel Diehl


  Une jeune femme et sa petite fille vivent enfermées dans leur maison. À l'origine de cette claustration, il y a Enola Game, une catastrophe dont on ne connaît pas la nature exacte : accident nucléaire ? Conflit mondial ? Guerre civile ? Au fil des semaines, malgré sa peur et son chagrin, la mère puise dans sa mémoire et ses lectures mille raisons de célébrer la vie. Cependant, tandis que la mère louvoie entre sa douleur, ses souvenirs magnifiés et sa volonté farouche de donner un sens à la vie de son enfant, les quelques nouvelles du monde qui lui parviennent encore sont chaque jour un peu plus alarmantes.
118 pages - Contemporain/Drame - 2012


Ce que j'en ai pensé :
Court roman en huit clos, Enola Game est un concentré de sentiments qui marquera les quelques heures que vous lui aurez consacrées et toutes celles qui suivront.

Un grand flash, un bruit de détonation, c'est le début de longues semaines d'angoisses, de doute et de méditation pour une mère de famille qui se retrouve seule avec sa petite fille de 3 ans. Cette mère qui doit survivre sans savoir comment son monde en est arrivé là, dont les préoccupations changent et deviennent le rationnement et comment se réchauffer, qui doit assumer seule son angoisse et rassurer son enfant, tout en ne sachant pas ce qui se passe en dehors de son monde réduit que constitue sa maison.

Ce roman est vraiment poignant. Découpé en court paragraphe, le narrateur, qui est cette femme, nous livre ses sentiments et ses réflexions à travers ses souvenirs, son passé révolu, ses suppositions et doute sur ce qu'il se passe à l'extérieur, ses lectures, et ses moments présents dans la maison avec sa petite fille, qui demande de la douceur et de l'espoir à sa maman, qui doit se montrer forte pour elle. Les personnages dégagent beaucoup de tendresse et d'espoir, ce qui rend le contraste avec les événements encore plus saisissant pour le lecteur.

//Enola Game, c'est le récit d'une vie banale et agréable qui s'arrêtent soudain, une introspection sur ce que l'on a perdu quand on ne sait pas si on n'a plus rien, et l'espoir qu'on garde au fond de soi et qu'il ne faut pas perdre. Court, mais intense.//

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire